Breizh Electric Tour : portrait d’un passionné d’électromobilité

Alors que le Breizh Electric Tour, rallye d’éco-conduite à travers la Bretagne, s’élancera jeudi 14 septembre de Rennes, la rédac’ inOut a rencontré Jérôme Fresnay, figure bretonne de l’électromobilité. Portrait.

Une passion électrique

« Geek dans l’âme », comme il le reconnait lui-même, Jérôme Fresnay est tombé dans le bain de l’électromobilité il y a plus d’une dizaine d’années. Cadre à France Télévisions, le Rennais achète d’abord un Kangoo électrique de première génération, puis une Citroën C-Zéro à la faveur d’un déstockage de PSA. De forums d’aficionados en e-rallyes (Wave Trophy, Monte-Carlo Energies nouvelles, rallye solaire Phébus, etc.), de rencontres en pérégrinations électriques, Jérôme Fresnay devient le compagnon de route de syndicats d’énergies et de collectivités (Syndicat départemental d’énergie 35, Rennes Métropole, etc.) engagés dans des démarches de développement de l’électromobilité et soucieux d’y associer des usagers éclairés.

Les clés de l’électromobilité

Observateur attentif du monde de la mobilité électrique, Jérôme Fresnay note que celui-ci a longtemps souffert d’un cloisonnement néfaste à son développement, avec des systèmes de recharge différents selon les territoires. Une situation qui tend toutefois à évoluer, avec des travaux croissants sur l’interopérabilité – autrement dit l’harmonisation – des systèmes pour créer in fine un réseau national de recharge des véhicules électriques.

S’il estime que la France reste plutôt bien dotée en matière d’infrastructure de recharge électrique, Jérôme Fresnay cite en exemple le modèle néerlandais : «  là-bas, des stations de recharge rapide sont disposées tous les 50 km. Souvent alimentées par des panneaux photovoltaïques, elles sont gérées par un opérateur unique, Fastned, et proposent des solutions de télépaiement ».

Enjeu-clé de développement de l’électromobilité, les infrastructures de recharge font l’objet d’investissements de la part de constructeurs comme Tesla, qui dispose de son propre réseau de superchargeurs. Elles suscitent également des collaborations citoyennes, notamment via les outils numériques. L’application ChargeMap, à laquelle contribue activement Jérôme Fresnay, revendique pas moins de 122 000 membres qui recensent tous les points de recharge électrique, en font le descriptif technique et commentent leur état de fonctionnement. Dernière étape en date pour cette appli conçue par une start-up alsacienne : le lancement d’un badge d’accès et de paiement utilisable aux bornes d’une vingtaine de réseaux partenaires français, et peut-être bientôt européens.

L’électromobilité, une affaire d’initiés ?

Jouant volontiers le rôle d’aiguillon auprès des institutions quand il s’agit de promouvoir l’électromobilité, Jérôme Fresnay aligne les propositions : « dans les villes, on pourrait encourager les véhicules électriques en leur proposant des tarifs préférentiels de stationnement voire la gratuité. Par ailleurs, pour les personnes qui habitent en appartement et ne peuvent recharger leur véhicule à domicile, il conviendrait d’installer davantage de bornes de charge dans les parkings publics ».

Alors que la France a passé le seuil des 100 000 véhicules 100% électriques en mars 2017, ceux-ci suscitent toujours des réticences de la part de certains automobilistes. Jerôme Fresnay nous rappelle pourtant leurs atouts : « Outre le fait qu’elles polluent moins, les voitures électriques présentent également de nombreux avantages : un plein d’énergie ne revient qu’à quelques euros, le moteur a un très bon rendement et le coût d’entretien est faible. J’apprécie aussi  beaucoup la conduite souple, silencieuse et reposante des voitures électriques. Pour se convaincre de l’intérêt des voitures électriques, il suffit de les tester, de changer un peu ses habitudes et d’adopter quelques nouveaux réflexes ».

Jeudi 14 septembre, Jérôme Fresnay sera sur la ligne de départ du Breizh Electric Tour. Pour le plaisir de conduire donc. Pour « prendre le temps de visiter et d’apprécier les paysages » de Rennes à Saint-Brieuc, aussi. Mais peut-être également  pour entraîner dans sa roue ceux qui hésitent encore à passer le cap de l’électromobilité.

Jérôme Fresnay et sa Citroën C-Zéro

Partager cet article :

A ne pas manquer

Expérimentation inOut : Itineroo lance une appli d’éco-mobilité pour les élus

La start-up iTineroo a développé une application numérique d’éco-mobilité pour les élus des collectivités territoriales. Dans le cadre de l’événement InOut 2018, les élus de Rennes métropole vont expérimenter une solution de covoiturage dynamique.

Expérimentation inOut : les bus connectés de MOBsat

Afin de pallier les fréquentes interruptions d’accès Internet dans les transports, une expérimentation intitulée MobBsat sera menée dès le début d’année prochaine dans la région de Rennes. Cette expérimentation évaluera les bénéfices d’un système d’accès internet multimodal (combinant 4G et…

Sur le même sujet :

Rennes : une entreprise spécialisée dans les éco-animations présente à la COP 23

Ludikénergie, c'est le nom d'une petite entreprise rennaise qui conçoit des animations 100% développement durable grâce au vélo. Présente à Bonn au pavillon français pour la COP 23, la conférence sur le climat, elle propose un concept simple mais porteur…

Les 5 raisons de participer à inOut selon Ouest-France

Tester les innovations en matière de transport, partager son avis de citoyen, inventer la ville de demain... Ouest-France liste les 5 bonnes raisons de participer à inOut en mars 2018

Appel à expérimentations

Le top départ d'un appel à expérimentations auprès des entreprises et start-ups est lancé dès mars 2017. Il permettra de tester des nouveaux usages, sur l'ensemble du territoire rennais, dès l'automne 2017.

En savoir plus